Retour
Position de l'AQTA face aux modifications proposées pour les exploitants d'hydravions

Position de l'AQTA face aux modifications proposées pour les exploitants d'hydravions

L'Association québécoise du transport aérien (AQTA) souhaite contribuer à la réflexion entourant la révision réglementaire touchant les exploitants d'hydravions. Tout d'abord, nous souhaitons souligner que nous partageons les préoccupations du législateur en matière de sécurité aérienne et que nous souhaitons arriver à la meilleure solution possible. Nous croyons donc que cette solution doit être efficace, raisonnable et applicable.

La problématique soulignée met en lumière l'incapacité des passagers à s'extirper d'un hydravion à la suite d'un impact avec l'eau. Dans cette optique, nous pensons que la formation sur l'évacuation d'urgence subaquatique pour les pilotes d'hydravions à voilure fixe exploités commercialement est une avenue souhaitable. Nous sommes d'ailleurs convaincus que l'ensemble de l'industrie sera enthousiaste à l'idée de participer à une telle initiative.

En ce qui a trait au port du gilet de sauvetage, nous jugeons qu'il est exagéré d'exiger que les passagers et l'équipage aient à porter ce type de dispositif au moment de monter à bord d'un hydravion, ou lorsque l'appareil est exploité à la surface ou au-dessus d'un plan d'eau. Les impacts opérationnels d'une telle mesure sont démesurés alors que l'objectif, afin d'améliorer le taux de survie en cas d'impact, doit demeurer d'augmenter le taux d'extraction des cabines.

De surcroît, nous jugeons qu'il est possible que l'imposition d'une telle mesure aille à l'encontre de l'objectif visé. Ainsi, il est à notre avis probable que le port d'un dispositif de flottaison, notamment dans le cas d'un gonflement à l'intérieur de la cabine, puisse nuire à l'extraction d'un aéronef et ainsi diminuer le taux de survie. Le succès de l'utilisation du dispositif de flottaison à la disposition des passagers réside principalement dans le briefing des passagers avant un vol.

En somme, nous appuyons donc la proposition relative à la formation sur l'évacuation d'urgence subaquatique pour les pilotes d'hydravions à voilure fixe exploités commercialement, mais nous ne soutenons pas l'imposition du port du dispositif de flottaison individuel pendant les phases de vol visées.

La sécurité du transport aérien est une préoccupation constante pour notre association. Nous demeurons à votre disposition afin de discuter des impacts opérationnels que ces mesures peuvent avoir sur les exploitants commerciaux d'hydravions. Nous considérons qu'il faut être à la recherche de plus de moyens d'améliorer le taux d'extraction des passagers après un impact avec l'eau tel que l'utilisation de dispositif portatif de plongée pour le pilote.