Retour
Les effets du Plan Nord et le dynamisme de Pascan Aviation

Les effets du Plan Nord et le dynamisme de Pascan Aviation

16 juin 2012

Le Soleil/ Carl Thériault

(Mont-Joli) L'aéroport régional de Mont-Joli dans le Bas-Saint-Laurent a transporté plus de passagers après cinq mois en 2012 qu'en 2005, 2006 et 2007.

Un effet direct du Plan Nord, même pour le nouveau vol en provenance des Iles-de-la-Madeleine. «Cette nouvelle liaison, c'est aussi à cause du Plan Nord. Des gens qui souvent vont travailler sur la rive nord», souligne Gilbert Pigeon, président de la Régie intermunicipale de l'aéroport régional de Mont-Joli. De 2010 à 2011, la hausse de l'achalandage s'est élèvée à 25 %. Environ 40 000 passagers en 2011 ont franchi les tourniquets de l'aéroport.

Il y a moins de deux mois, Pascan Aviation inaugurait un nouveau vol quotidien entre Baie-Comeau et Mont-Joli, à raison de deux départs par jour du lundi au vendredi. Pascan s'est aussi porté acquéreur d'un premier avion turbopropulsé ATR-42, qui sera initialement affecté aux liaisons entre Québec et les Îles-de-Madeleine et vers la destination de Wabush/Fermont pour faciliter le déplacement de milliers de travailleurs où sont implantées plusieurs entreprises minières. Avec la croissance attendue du nombre de passagers, Pascan avait besoin d'un plus gros appareil comme l'ATR 42.

Dans ce contexte, il devient plus facile de défendre à Mont-Joli le projet de prolongement de la piste principale de 5000 à 6000 mille pieds (à 1830 mètres) dont le coût total est de 2,7 M$.

« Le projet, s'il est financé à 80 % par les gouvernements, sera réalisé en deux phases dont la première de 1,2 M$. Avec un premier prolongement de 500 pieds, on satisferait les avions qui vont vers le Plan Nord, surtout en période hivernale, pour une plus grande sécurité des avions.»