Retour

L'incertitude coûte cher à St-Hubert

Nous le savons, la contestation des citoyens vivant près de l'aéroport de St-Hubert et l'incertitude que cela engendre coûte cher à la région.  Les résultats de l'étude effectuée par la firme Secor le démontrent. Présentée devant la Chambre de commerce et de l'industrie de la Rive-Sud, l'étude énonce que plusieurs occasions ont été ratées au cours des dernières années et que ceci est principalement attribuable à l'envenimement de la situation à St-Hubert.

 

Dornier et Cobalt ont choisi de s'installer au Québec pour la production de leur avion, mais aucun des deux de ces constructeurs n'a choisi St-Hubert.  «... l'aéroport de Saint-Hubert va-t-il rester? Est-ce qu'on va chercher à le développer? Ça a fait en sorte que de grandes entreprises ont retardé ou limité des projets d'investissements, a déclaré M. Denis, celui qui a présenté l'étude. La région a raté des occasions.»

 

Secor annonce que les entreprises établies à l'aéroport de St-Hubert engendrent des retombées économiques de 60 millions.  Elles créent plus de 1 000 emplois directs. L'étude démontre aussi que l'aéroport est un atout pour l'industrie aéronautique de la région (Pratt&Whitney Canada, Héroux-Devtek, l'École nationale d'aérotechnique et le Centre technologique en aérospatiale) qui représente 13 200 emplois.